Actualités régionales

Les chats et la canicule
01/08/2019

Les chats et la canicule

LES CHATS ET LA CANICULE   C'est l'été ! Le soleil et la chaleur sont au rendez-vous, ce qui est agréable pour vous et votre chat qui aime se coucher au soleil pour apprécier sa douce chaleur. Mais lorsque le thermomètre affiche des températures caniculaires, la chaleur devient l'ennemie du chat !      Chat et canicule Pour évacuer la chaleur lorsque leur température corporelle devient trop élevée, les chats sont obligés de haleter. En effet, ils sont incapables de transpirer à la manière des humains : une faible transpiration est possible au niveau des coussinets, mais elle est insuffisante pour réguler la température de nos petits félins. S’il est moins commun de voir un chat haleter qu’un chien, c’est parce qu’il supporte en général mieux les fortes chaleurs et qu’il dort davantage pendant la journée puisqu’il a une activité aussi bien la nuit que le jour. En outre, il prend soin de trouver des endroits frais et est moins actif pendant une canicule. L’accès à l’eau fraîche à disposition permanente est toujours indispensable et primordial lors de températures élevées.     Animaux à risque Tous les chats ne sont pas égaux face à la chaleur. C’est ainsi que si votre ami vit en permanence à l’intérieur, le choix des cachettes plus fraîches sera beaucoup plus limité que pour ses congénères ayant accès à l’extérieur. De plus, les chatons et les chats âgés sont plus sensibles aux fortes chaleurs que les chats adultes. L’obésité est également un facteur d’intolérance à la chaleur et est à éviter et à traiter lorsqu’elle est présente, tout comme les maladies cardiaques et pulmonaires qui peuvent gêner et interagir avec un halètement salvateur lorsqu’il s’agit d’évacuer un surplus de chaleur. Enfin, la densité et la longueur du pelage des chats influencent leur température corporelle et certaines races supportent moins la chaleur. Un toilettage peut dès lors s’avérer utile dans certains cas, afin de diminuer la masse de poils.     Comment aider son chat à supporter la canicule ? La plupart des chats étant de nature joueuse et très active, évitez d’inciter votre ami à jouer et courir lorsqu’il fait très chaud. Moins il se dépensera, moins il souffrira de la chaleur. Essayer aussi d’éviter ou d’abréger le plus possible les trajets en voiture pendant ces périodes. Plus que ses congénères vivant à l’extérieur, votre chat d’intérieur appréciera que vous lui rendiez accessible la pièce la plus fraîche de la maison. L’air conditionné étant un luxe qui règle les problèmes de température, les ventilateurs ne sont quant à eux en général pas bien tolérés par les chats, qui prennent soin de les éviter. Enfin, certains chats acceptent les caresses de mains préalablement mouillées ce qui leur apporte rafraîchissement et réconfort.   http://www.chatsdumonde.com/ 
Le picage des oiseaux
11/02/2019

Le picage des oiseaux

C’est généralement le pire cauchemar de tous les propriétaires d’oiseaux : le picage !   Mais de quoi s’agit-il ? Pourquoi ce comportement est-il si fréquent ? Et comment en venir à bout ?   Vous n’avez plus qu’à lire la suite pour en savoir plus !!   Le picage chez les oiseaux, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’un comportement qui consiste à s ’arracher les plumes de manière compulsive .    A savoir ! Il arrive fréquemment aux oiseaux de s’arracher des plumes en période de mue , pour favoriser la pousse de la plume suivante.  Cela est parfaitement normal et différent du picage.   Lors de picage, l’oiseau peut arracher ses propres plumes ou celles de ses congénères. Il suce alors la hampe de la plume. Il peut arriver que l’oiseau suce les plumes sans les arracher. On comprend facilement qu’il est très difficile pour tout propriétaire d’oiseau de voir son animal se « mutiler » ainsi et devenir nu. De plus, une fois qu’un oiseau présente ainsi un tel comportement, cela devient comme une manie et il est très difficile de stopper cette mauvaise habitude.     Le picage chez les oiseaux, quelles causes ? Les causes peuvent être nombreuses. On parle tout d’abord de stress . Celui-ci est lié à l’ennui ou de mauvaises conditions de vie, un changement soudain dans la vie de l’oiseau.  Il faut alors rechercher l’origine de ce stress : l’introduction d’un nouvel oiseau, l’absence de congénère du sexe opposé, la surpopulation de la volière, une cage trop exiguë…   Revenez aux fondamentaux, aux besoins spécifiques de l’espèce à laquelle appartient votre oiseau. N’oublions pas non plus les conditions de vie et d’ hygiène de base : nettoyage de la cage/volière, bains fréquents, tranquillité, lieu de vie adapté… Ensuite, on peut aussi évoquer les causes médicales ou alimentaires .  En effet, une carence alimentaire peut être à l’origine du picage ainsi que des parasites externes , des démangeaisons , des déséquilibres hormonaux … Ensuite, une fois que l’habitude d’arracher les plumes est prise, il est difficile d’éliminer ce comportement.     Le picage chez les oiseaux, quelles solutions ? Il est important de déterminer la cause exacte de ce comportement chez votre oiseau mais de manière générale, voici quelques solutions à mettre en place.  Offrez à votre oiseau des conditions de vie adéquates et respectez ses besoins :  - ne placez pas sa cage dans un lieu de passage pour garantir sa tranquillité mais enrichissez son lieu de vie grâce à des jouets, des perchoirs… dans une volière spacieuse ,  - selon son espèce, permettez-lui d’avoir un congénère , voire même de pouvoir se reproduire , - donnez-lui une alimentation saine et équilibrée ainsi que des morceaux de bois ou brindilles à décortiquer , - placez une baignoire dans sa cage, les bains sont indispensables , - respectez ses besoins de lumière dans la journée. On parle de cycle nycthéméral : nombre d’heures de jour et de nuit selon la saison et l’espèce de votre oiseau.   Vous l’aurez compris, il est très difficile de limiter toute mauvaise habitude chez un oiseau mais le picage n’est pas une fatalité et il est possible de l’éliminer grâce à certaines mesures. Vous pourrez alors admirer votre magnifique oiseau !
Comme chiens et chats
05/02/2019

Comme chiens et chats

Avoir plusieurs animaux à la maison est une joie de tous les jours, à la condition que la cohabitation entre eux se passe bien. Quelles précautions prendre à l’arrivée d’un nouvel animal pour une bonne entente ?   Entre chiens et chats  Que ce soit le chien ou le chat qui soit là le premier, voici quelques conseils d’ordre général ! Il est recommandé d’installer le chat dans une pièce avec tout le nécessaire pour manger, boire et faire ses besoins afin que les animaux sentent leurs odeurs respectives à travers la porte . Puis, après quelques jours, il est alors possible d’ouvrir au chat tout en surveillant bien la réaction du chien. Le chat doit toujours avoir la possibilité de retourner dans la pièce qu’il connaît et être libre. En effet, si vous le tenez dans les bras et qu’il panique, il pourrait vous griffer. Nous conseillons de laisser quelques prérogatives au chat : aller dans les chambres, monter sur le canapé… Cela lui permettra de toujours pouvoir se mettre à l’abri et éduquera votre chien en même temps ! Si la cohabitation se passe mal malgré toutes ces précautions, n’hésitez pas à nous demander conseil.   Entre deux chiens Si vous souhaitez avoir deux chiens, nous conseillons de choisir un mâle et une femelle afin d’éviter les problèmes hiérarchiques. En effet, la hiérarchie est moins forte entre des chiens de sexes différents et la cohabitation est alors plus facile. Il faudra néanmoins envisager la stérilisation pour au moins l’un d’entre eux pour éviter les portées indésirables ! A l’arrivée du chiot, demandez à des amis ou voisins de garder l’adulte pendant quelques heures afin de faire visiter la maison au nouvel arrivant. Ensuite, faîtes revenir l’adulte et laissez-les se rencontrer dans le calme. Dans la plupart des cas, si les deux chiens sont bien sociabilisés, il n’y a aucun souci. Les chiens adultes n’attaquent généralement pas les chiots et sont, au contraire, très tolérants. Il faudra néanmoins être vigilant à la puberté du chiot , période où apparaît la hiérarchie. Le plus simple est de bien gérer l’accès à la nourriture, au couchage et aux contacts avec vous . Par exemple, ne faîtes pas l’erreur de laisser des prérogatives de dominant au nouveau venu en lui donnant à manger en premier, en le laissant dormir avec vous…, votre chien pourrait mal le prendre !   Entre deux chats Le chat est un animal territorial et l’arrivée d’un autre chat peut être difficile car vécu comme une véritable violation de ce territoire. Généralement, cela se passe mieux quand le nouvel arrivant est un chaton. Comme entre chiens et chats, le chaton sera placé dans une pièce pendant quelques jours puis découvrira la maison à son rythme, sans être tenu mais sous votre surveillance. Pour une meilleure cohabitation, multipliez les jouets, arbres à chat… Et mettez à leur disposition une litière par chat, voire une de plus . Sachez également que plus le territoire est grand, plus le partage est facile : la cohabitation sera moins conflictuelle si les chats ont accès à l’extérieur par exemple. Surveillez bien vos chats, lors d’anxiété de cohabitation , on observe souvent  un chat agresseur qui surveille tout le temps son congénère et un chat agressé qui   n’ose plus se déplacer dans la maison. Un traitement peut alors être mis en place pour améliorer la situation.   En conclusion, il est important de prendre quelques précautions avant d’accueillir un nouvel animal et être vigilant par la suite. Si la cohabitation se passe mal, venez nous en parler, nous pourrons vous aider par des conseils plus personnalisés en fonction de la situation et par la mise en place d’un traitement médical si nécessaire.
Un lapin ou rongeur en pleine forme !
29/01/2019

Un lapin ou rongeur en pleine forme !

Les maladies des rongeurs et lagomorphes sont généralement moins connues. Il est plus difficile de trouver des informations sûres et on pense moins souvent à demander des conseils et des renseignements à son vétérinaire. Pour un rongeur ou lapin en pleine forme, la prévention est très importante. Le saviez-vous ? Les lapins ne sont pas des rongeurs mais des lagomorphes. Les différences sont minimes et résident principalement dans leur formule dentaire.   Une bonne alimentation est indispensable… …Pour plusieurs raisons.  D’une part, pour un système digestif sain. Les rongeurs et lagomorphes sont très sensibles au niveau digestif . Chaque espèce a des besoins différents : par exemple, les lapins sont des herbivores stricts alors que les hamsters sont omnivores et peuvent manger des protéines animales. Il faut donc bien les respecter ! Une caractéristique en commun toutefois : le besoin important en fibres végétales . Il existe des compléments alimentaires spécifiques pour améliorer la digestion qui peuvent être donnés sous forme de cures plusieurs fois dans l’année.   D’autre part, pour éviter une malocclusion dentaire. Les dents de nos petits compagnons poussent en permanence. S’ils ne les usent pas assez, elles deviendront très longues et blesseront l’intérieur de leur bouche. Ils ne pourront plus manger et cela peut même devenir très grave. La solution ? Une alimentation à base de foin de bonne qualité, complétée par des légumes et herbes frais lavés et un peu de granulés adaptés.  N’hésitez pas à nous demander des conseils, nous pourrons vous renseigner. A savoir : tout nouvel aliment frais doit être introduit très progressivement pour éviter les problèmes digestifs.  Et les fruits ? Ils peuvent être distribués mais en toute petite quantité car ils sont très sucrés pour les rongeurs et lapins !   Il est important de créer un bon environnement Cela passe d’abord par le choix de la cage et le respect des sorties quotidiennes, sous surveillance, bien sûr ! La cage doit être assez spacieuse et bien aménagée : un abri, une écuelle, un biberon d’eau… sans oublier les jouets ! Un animal bien dans « sa tête » vous permettra de repérer rapidement si quelque chose ne va pas. La litière est également un élément clé pour la santé des rongeurs et lapins. Ces petits animaux sont sujets aux problèmes respiratoires et cela est souvent dû à une litière peu adaptée, trop poussiéreuse… Evitez les litières de copeaux de bois pour privilégier les litières végétales : chanvre, granulés de bois… Certaines sont même composées de bois de coco ou de plantes peu connues. Il faut respecter vos exigences mais aussi les préférences de votre compagnon. A savoir : la paille a un faible pouvoir absorbant et est donc déconseillée. La litière doit être changée très régulièrement pour éviter les problèmes au niveau des pattes : la pododermatite, souvent difficile à soigner. Le choix de la litière est, là aussi, déterminant car certaines litières sont plus « douces » que d’autres. Le saviez-vous ? Il est possible d’apprendre à certains rongeurs et aux lapins à devenir propres et faire leurs besoins  dans un endroit spécifique. On peut alors différencier la litière dans la caisse de déjections, plus absorbante, plus efficace, de la litière dans la cage par elle-même, plus douce, plus confortable.   Les visites vétérinaires régulières sont la clé de la prévention Si les lapins vaccinés sont régulièrement vus à la clinique vétérinaire, les autres rongeurs et lapins arrivent souvent malades  chez le vétérinaire. Parfois, il est même déjà trop tard… Nous conseillons donc de faire une visite par an pour vérifier la santé de votre animal et détecter toute maladie de manière précoce. Ainsi, un traitement pourra être mis en place rapidement. Nous serions ravis de rencontrer bientôt votre petit compagnon à la clinique ! En attendant, n’hésitez pas à nous demander de plus amples renseignements concernant la santé de votre rongeur ou lapin.
Des poules dans mon jardin
25/01/2019

Des poules dans mon jardin

Avoir quelques poules dans son jardin, c'est se reconnecter avec la nature, et profiter du plaisir de leur présence familière… tout en récoltant ses propres œufs, 100 % bio ! Et si vous décidiez d’accueillir des poules dans votre jardin ? Voici nos conseils.   Des poules dans mon jardin, c’est possible ? Oui, à condition que vos poules aient accès à un abri pour la nuit mais aussi un parcours herbeux (environ 10 à 20m2 d’herbe par poule). Leur offrir un espace suffisant permet de minimiser les dégâts dans votre jardin.  Outre les besoins de vos poules, est-ce que la réglementation vous permet d’avoir des poules ? Sachez qu’il faut avoir au moins 50 poules pour devoir se déclarer en mairie comme exploitation agricole ! Sinon, il n’existe aucune réglementation… mais quelques municipalités limitent ou interdisent les poules, comme le règlement de certains lotissements.  Pour la construction du poulailler, aucun permis de construire n’est nécessaire s’il ne dépasse pas 20m2 sur 2m de hauteur.  Ensuite, pour éviter tout trouble de voisinage, évitez les coqs et nettoyez très régulièrement le poulailler pour éviter les mauvaises odeurs et les mouches.   Choisir ses poules Il existe de nombreuses races de poules : en France, déjà 43 races de poules sont répertoriées. Renseignez-vous bien avant de choisir mais vous pouvez décider de participer à la sauvegarde d’une race régionale, ou sauver quelques poules d’élevage ou rechercher un certain rendement ! Le choix de la race se fera en fonction de vos exigences . L’orpington est une des poules les plus populaires car elle pond même en hiver ! Et elle est facile à vivre. On connaît bien aussi la poule rousse qui est une excellente pondeuse. Mais on trouve également toutes sortes de poules d’ornement toutes plus belles et étonnantes les unes que les autres !!   Bien installer ses poules La taille de votre poulailler dépendra du nombre de poules. Ce sont des animaux qui n’aiment pas vivre seuls mais deux poules suffisent à donner assez d’œufs à une famille de quatre personnes. Comptez 1 à 1,25 m2 pour une poule. Le choix de l’emplacement est primordial : les poules doivent pouvoir passer la nuit en sécurité, ne pas souffrir de la pluie et de l’humidité mais aussi pouvoir manger, boire, pondre et couver sereinement ! N’oubliez pas que vos poules ont besoin de perchoirs, de pondoirs mais aussi d’une mangeoire et d’un abreuvoir.   Bien s’occuper de ses poules Les poules ont besoin de peu de soins mais de régularité. Il faut donc ouvrir et fermer le poulailler (pour les protéger des prédateurs nocturnes) en se calant sur le soleil. La distribution de nourriture doit aussi se faire à un horaire régulier. Pas besoin de leur donner de bains, elles passent une grande partie de leur temps à prendre soin de leur plumage et pour se débarrasser de leurs parasites, un bain de terre, de sable ou de cendre à disposition suffit largement.    Bien sûr, les poules peuvent être malades mais avec quelques précautions et une bonne observation des animaux, on évite les principaux soucis qui sont représentés par la gale, la coccidiose, les vers et l’anémie. Observez, écoutez les poules et soyez vigilants aux odeurs, aux fientes et aux différents comportements pour déceler rapidement tout problème. Il existe des solutions simples et naturelles pour maintenir votre poulailler en bonne santé !   Avoir des poules dans son jardin est une belle aventure ! Les poules apportent beaucoup aux jeunes enfants et sont très attachantes. Peu de contraintes pour un énorme bénéfice : des œufs frais à domicile sans compter qu’elles détruisent les insectes indésirables et réduisent la quantité de vos déchets !
Les intoxications chez les animaux
18/01/2019

Les intoxications chez les animaux

Tout comme les accidents, il semble que les incidents domestiques liés aux intoxications chez nos animaux n’arriveront jamais chez nous ! Et c’est une erreur car les dangers sont grands à la maison pour nos petits compagnons…   Reconnaître une intoxication  Lorsqu’un animal s’intoxique, les symptômes peuvent être très nombreux et parfois peu caractéristiques, peu visibles : abattement, muqueuses pâles, fièvre, perte d’appétit, diarrhée et vomissements… Mais ils sont parfois très impressionnants : convulsions, hypersalivation, difficultés respiratoires, voire même coma ! Les symptômes peuvent s’installer progressivement ou apparaître soudainement. Il est donc difficile de reconnaître une intoxication dans certains cas. C’est pour cela que la prévention est de mise  et que vous trouverez ci-dessous les principales causes d’intoxications chez nos animaux, chiens et chats notamment. Quand réagir ? Si votre animal présente soudainement plusieurs de ces symptômes, consultez immédiatement votre vétérinaire ou un vétérinaire de garde, même si vous n’êtes pas sûr qu’il a ingéré un toxique !   Les raticides et les pesticides Ce sont les toxiques responsables des principales intoxications chez le chien. La plupart de ces produits sont des anticoagulants et agissent donc comme tels sur nos animaux domestiques. On observe alors des muqueuses pâles, des hématomes, la présence de sang dans les urines ou dans les selles et des difficultés respiratoires... Il existe des antidotes mais ils doivent être administrés rapidement.  D’autres substances provoquent des convulsions impressionnantes plus ou moins associées à des troubles digestifs. Conclusion : soyez vigilants en utilisant ces produits dangereux que ce soit contre les rongeurs, les limaces, les insectes et acariens ou même contre les mauvaises herbes.   Les polluants et produits ménagers Ils représentent la première cause d’intoxication chez les chats. Il s’agit du white spirit, du mazout, du fioul, de l’antigel mais aussi de la javel, de certaines lessives et d’huiles essentielles. Il arrive que certaines personnes les utilisent sur leur animal sans connaître le danger ! C’est souvent le cas des huiles essentielles dont l’utilisation chez le chat doit être soumise à beaucoup de précautions. Les symptômes observés sont principalement des troubles neurologiques, une hypersalivation, des vomissements et diarrhée.  Nous ne le répéterons jamais assez : il faut agir vite pour sauver un animal intoxiqué !!   Les médicaments humains  Là encore, il y a les ingestions accidentelles mais aussi les « automédications » dangereuses ! Beaucoup de personnes ne savent pas encore que le paracétamol et l’ibuprofène notamment sont toxiques pour nos animaux et en donnent à leur chien ou chat quand il est malade.   Vomissements et anorexie sont les premiers signes mais l’animal présente rapidement des difficultés respiratoires importantes.  A savoir : On observe parfois des intoxications au cannabis chez les animaux ! Même s’il ne s’agit pas d’un médicament, il est important de signaler que cela peut exister…   Les aliments Nous n’oublions pas, surtout en cette fin d’année, le chocolat !! La théobromine qu’il contient ne peut être dégradée chez les chiens et chats et est alors toxique. Les symptômes sont d’abord digestifs puis nerveux. On parle moins des pâtes à pain et brioche crue dont les levures fermentent dans l’animal s’il en ingère, des produits très salés, des oignons… Et pourtant, ils sont aussi dangereux !   Les plantes Souvent grignotées par les chats et les jeunes chiens, certaines plantes d’appartement s’avèrent très toxiques. On évoque principalement la famille des Dracaena et les ficus mais il est préférable de se renseigner avant de craquer sur une jolie plante en jardinerie.  A l’extérieur, les chats sont très attirés par les lys, toxiques. Et les chiens peuvent rencontrer en balade des lauriers roses, des ifs, des digitales et même certains champignons…   En conclusion, nous vous conseillons d’être très vigilants en utilisant certains produits et de réagir rapidement si votre animal présentait subitement des symptômes principalement digestifs et neurologiques. N’oubliez pas d’emmener les boîtes des produits incriminés chez le vétérinaire pour accélérer le diagnostic et donc le traitement. Enfin, sachez que cette liste n’est pas exhaustive : métaux lourds, tubes phosphorescents des fêtes foraines mais aussi certains animaux comme les chenilles processionnaires et les crapauds peuvent être responsables d’intoxications. Maintenant que vous saurez mettre votre animal à l’abri de tous ces dangers, nous vous souhaitons de belles fêtes de fin d’année avec vos fidèles compagnons !
Année 2019 – Idées de nom pour votre chien ou votre chat avec la lettre P
11/01/2019

Année 2019 – Idées de nom pour votre chien ou votre chat avec la lettre P

Chaque chien ou chat de pure race doit porter un nom commençant par une lettre qui est fonction de son année de naissance. 2019 est ainsi celle des « P ».   Mise en place en 1926 avec la lettre A, cette règle a pour objectif de faciliter l’organisation du registre d’état civil canin [LOF – Livre des origines français pour les chiens et le LOOF – Livre officiel des origines félines pour les chats).   Ce système permet de retrouver l’année de naissance des animaux à partir de son nom, quelle que soit sa race.   Découvrez la liste des noms de chiens et de chats commençant par la lettre P – Année 2019 Pablo Pabsi Pacco Pacha Packo Paco Paddie Paddington Paddy Padi Padjo Pado Padou Padua Paet Paetti Pagaille Pagan Page Pagoda Paillotte Pair Pako Pako Pal Palesse Pali Palie Paline Palla Pallas Pallie Pally Palma Palme Palmer Palmir Palmira Palo Paloma Palomino Palomo Paluche Pam Pama Pamel Pamela Pamina Pamy Pan Panache Panama Paname Pancake Pancho Panda Pandemonium Pandi Pando Pandor Pandora Pandov Pandra Pandu Pandur Pandura Panga Pango Pania Panja Pank Pankratius Pannya Pano Panscho Pansy Panta Pantaleon Panter Panther Panto Pantouffle Panzer Paola Paolo Papageno Papaye Papik Papillon Papoose Papouf Paprika Papu Papyrus Para Paradise Paragon Pardo Paridam Paris Parko Parlo Parma Parole Paros Parri Partus Pasca Pascal Pascala Pascalle Pascha Paschalis Paschar pasckha Pasco Pasha Pasie Pasja Paska Paski Pasko Paso Pass   Passat Passion Passo Passoa Passy Pastel Pastella Pasteur Pastis Pastor Pastorale Pat Patate Patches Patie Patina Patinette Patja Patmol Patof Patou Patouch Patouche Patouf Patra Patricia Patricius Patrick Patriot Patrix Patrizia Patrol Patschinka Patsy Patt Patti Patto Patton Patty Patza Patzer Paul Paula Paula Pauline Paulo Pauper Pavarotti Pavlov Pax Paxan Paxi Paxo Paxyi Paya Payk Pazzo Pea Peabody Peaches Peacoc Peanut Peanuts Pearl Pearly Pebbles Pecci Pecco Pecken Pecko Peco Peda Peddi Pedor Pedra Pedro Pedros Peer Peewee Peez Pega Pegal Pegase Pegasus Pegazette Peggi Peggie Peggy Pegu Pegy Peic Pela Pelda Pelee Pelle Pelu Peluche Pem Pena Pendel Pendragon Penelope Penja Penn Penne Penni Pennie Penny Penta Peny Pepe Pepette Pepi Pepina Pépita Pépito Pepper Peppermint Pepsi Pepsy Pera Perchta Percy Perdita   Peregrina Peregrine Peregrinus Perette Peri Perie Perikles Peritar Perla Perle Perllack Pernod Pero Peron Pérou Perra Perri Perrie Perro Perry Persane persanne Persephone Perseus Persie Peru Peso Pessi Pest Pete Peter Petipa Petit Petit Ange Petit-Bob Petja Petra Petrarch Petro Petronella Petrus Petry Petschova Petsy Petta Petti Petto Petty Petubastis Petulia Petunia Petz Petzi Petzo Peugeot Pexi Peyote Pezi Pezzolo Phado Phalco Phandro Phanta Phantasie Phantom Phara Pharaoh Pharos Phasia Phénix Phenscha Phifie Phil Philae Phillipa Philo Philomele Philomene Philou Phiops Phlaesia Phoebe Phoebus Phoenix Phol Phonix Phryne Phylax Phyllis Pia Piana Pianchy Piazza Pica Picanda Picasso Picco Piccola Piccolo Picha Picka Pickie Pickles Pickwick Pico Picolo Picsou Pidzy Piea Piedmont Piepo Piero Pierre Piesta Pietro Pif Piggy Pignouf Pija Pikas Pik-As Pikatchou Pike Pikka   Pikkola Pikkolo Piko Pilar Pilatus Pilgrim Pilka Pilko Pilla Pilli Pillo Pilot Pilou Pils Pilse Pimperl Pimpernell Pimpon Pimprenelle Pina Pinceau Ping Pingo Pinia Pink Pinka Pinkas Pinki Pinky Pinnochio Pino Pinto Piper Pipin Piplette Pipo Pippa Pippi Pira Piranha Pirat Pirate Piri Pirka Piro Pirol Piroska Pirouette Pirza Pisa Pisces Pischa Pistache Pistache Pistol Piston Pistou Pit Pita Pitch Pitchoun Pitko Pit-Lane Pito Pitoune Pitra Pit-Stop Pitt Pitta Pitty Pitz Pitza Pitzo Pius Pixel Pizza Placidus Plascha Plato Platon Playa Playboy Playgirl Plecki Pleika Plenka Pleun Plexa Pleya Ploum Plume Plums Pluto Pocker Poco Poesie Poet Pogo Poïca Poker Pokerface Pola Polda Poldi Poldila Poldine Poldy Politix Polizei Polka Polla Polli Pollo Pollux Polly Polo Polochon Poltergeist Polux Poly Pomilo Pommy Pompadoure Pomponette   Pona Pondo Pong Pongo Ponni Ponpon Pooch Pookie Pooky Poona Pooppy Pootchy Pop Popcorn Popcycle Popeye Poppy Popsy Popsye Porcia Porda Pork Porka Porkchop Porker Porky Porlo Porsche Porta Porter Portia Portly Porto Portos Poska Posse Posto Potpourri Potter Pouchinette Pouchka Pouf Poumba Poupette Poupoue Poupoune Poupsy Poutchie Poutchy Poutie Poutine Poutsy Prachda Pracht Prachto Prado Praeda Pragan Praline Prall Prancer Pranda Prando Pranga Prango Pranko Precious Predo President Presto Preston Pretiosa Pretta Pretty Pricillia Pride Priemel Prima Primadonna Primo Primula Primus Prince Princess Princesse Prinz Prise Priska Prisko Prissa Prissy Prista Pritta Prix Prixe Prixi Prodigy Professor Prongo Pronk Pronto Prosa Proton Prudence Prudentia Prume Prune Pruneau Prunelle Prunk Prussa Prusso Puccy Puce Puch Puck Pucki Pucks Pucky Pudding Puddles Pudge Pudgette Puduque   Puetty Puety Puetz Puff Puffball Puffy Puffy Puggy Pugnose Puick Pukka Pulcheria Pulk Pulka Puma Pumba Pumpkin Punch Punk Punky Punto Pupa Puppe Puppy Pupusse Pur Pura Purdey Purga Pussa Pussi Pussikat Pussy Puti Putor Puts Putz Putzi Pygmy Pyjama Pyra Pyrale Pyram Pyrrhus
Bonnes fêtes de fin d'année
21/12/2018

Bonnes fêtes de fin d'année

Nous tenons à vous remercier de la confiance dont vous nous honorez. Toute notre équipe vous adresse ses vœux de bonheur pour cette fin d’année 2018. Que l'année 2019 vous apporte le bonheur et la réussite, le succès dans vos projets et l'accomplissement de vos rêves. A très vite,
Les allergies chez le chat
14/12/2018

Les allergies chez le chat

Comme chez l’homme, chez qui on rencontre un certain nombre d’allergies, nos félins domestiques peuvent être sujets à ces affections immunitaires. Les allergies sont des réactions excessives du système immunitaire.  Elles sont dites acquises, et peuvent donc apparaître au cours de la vie de votre compagnon. Une fois installées, elles sont le plus souvent prévisibles et rapides dans leurs effets. Quelles sont les causes de l’allergie chez le chat? Bien que l’origine profonde soit souvent inconnue, il n’est pas impossible que les allergies aient des causes génétiques. La réaction allergique se produit lorsque certaines substances protéiques étrangères, appelées dans ce cas allergènes ou antigènes, entrent en contact avec le système immunitaire. Une réaction inhabituelle et disproportionnée va alors se produire chez l’animal sensible , alors que pour d’autres individus, le système immunitaire va simplement chercher à éliminer les allergènes de l’organisme. Pour qu’un individu déclenche une allergie, il faut donc deux contacts : un contact « sensibilisant » et un contact « déclenchant » ultérieur.   Comment se manifeste une réaction allergique ? Les chats peuvent être sujets à quatre types d’allergies classées en fonction des mécanismes : allergie immédiate, cytotoxique (action sur les cellules), à complexes immuns, et enfin, retardée. en fonction du mécanisme impliqué, les manifestations vont être différentes : Des démangeaisons sont les manifestations les plus communes : elles peuvent être localisées ou s’étendre. Dans certains cas, le système respiratoire est impliqué, et on observe alors toux, éternuements, respirations sifflantes, parfois accompagnés d’écoulements nasaux ou oculaires. Le troisième type de manifestation implique le système digestif ce qui entraîne alors des vomissements, des diarrhées et parfois des flatulences.   À quels types d’allergènes les chats sont-ils allergiques ? Les allergènes impliqués dans les allergies chez le chat peuvent avoir quatre origines : des allergènes de contact, présents dans l’environnement immédiat du chat, des allergènes alimentaires, ou des substances inhalées (aéro-allergènes). enfin, votre chat peut développer une allergie aux parasites, le plus souvent aux puces.   Puis-je empêcher mon chat de devenir allergique ? Dans la mesure où, comme chez l’homme, les mécanismes conduisant à l’allergie sont mal connus, il n’existe pas actuellement de moyens de prévenir ces maladies de façon sûre. Une des allergies les plus répandues demeure l’allergie provoquée par les piqûres de puces : traiter régulièrement votre chat contre les puces peut limiter le risque d’une sensibilisation.   Comment traiter les allergies pour mon chat? L’allergie aux piqûres de puces :   Encore appelée dermite par allergie aux piqûres de puce, celle-ci est due à la salive que les puces injectent en piquant. Une seule piqûre peut suffire pour entraîner des démangeaisons, elles-mêmes à l’origine de plaies et de surinfections. Les zones où ces démangeaisons se manifestent le plus volontiers se situent autour de la queue et sur la croupe. elles sont associées ou non à des petites croûtes autour du cou et de la tête, ainsi que derrière les cuisses et que l’on appelle «dermite miliaire». Le traitement repose essentiellement sur l’élimination des puces de l’environnement de votre chat. Il peut être nécessaire d'utiliser des sensibilisants (corticoïdes) et des antibiotiques si les signes cliniques sont importants pour votre compagnon, ou si il est difficile de les débarrasser des puces (cas des chats qui sortent).   Les allergies de contact : Ce sont les allergies les plus fréquentes. Les réactions sont le plus souvent locales, au point de contact, ce qui permet parfois de faciliter le diagnostic de causalité, bien qu’il soit difficile dans de nombreux cas d’identifier l’allergène responsable. Il peut s’agir de shampoing, de collier, de litière ou de textiles comme la laine etc.Il  faut alors rechercher la substance sensibilisante et éviter tout contact de votre compagnon avec des objets similaires.   L’allergie alimentaire :   Votre chat peut être allergique à un aliment qu’il consomme depuis très longtemps. On suspectera ce type d’allergie par exclusion des puces, et si les traitements habituels donnent peu de résultats. Le diagnostic de certitude est établi par votre vétérinaire grâce à un test d'éviction. Celui-ci consiste à nourrir scrupuleusement votre chat avec une alimentation totalement inédite pour lui (dite "hypoallergénique"), soit sous forme de ration ménagère, soit par le biais d'aliments diététiques spécialement formulés et fabriqués dans des conditions strictes. Cette alimentation doit être donnée sans aucun ajout quel qu'il soit, sous peine de fausser le résultat. Une fois les symptômes disparus (ce qui peut prendre plusieurs semaines), un test de "provocation" est intéressant à réaliser, consistant à réintroduire chaque source protéique individuellement afin de déterminer, sous contrôle de votre vétérinaire, les aliments à écarter. La suite du traitement consistera à éliminer rigoureusement toute trace de ses aliments à l'avenir (retrait des matières premières, prévention des contaminations croisées...). Bien souvent on continuera à proposer l'aliment qui a permis le diagnostic par éviction.   L'allergie aux aéro-allergènes :   Ces allergènes sont présents dans l'air et peuvent pénétrer soit par oie respiratoire, soit par la peau si votre chat est atteint d'atopie (maladie héréditaire provoquant un déficit de la barrière cutanée). Selon la porte d'entrée, les symptômes seront respiratoires ou cutanés, et en fonction de la source, peuvent être saisonniers (comme notre rhume des foins) ou permanents (acariens...). Le traitement d'attaque consiste le plus souvent à utiliser les corticoïdes et doit être mis en oeuvre par votre vétérinaire. En cas de réaction cutanée, des shampoings peuvent être prescrits. En cas d'atopie, votre vétérinaire pourra vous proposer un traitement au long court. Pour les allergies respiratoires notamment, une désensibilisation peut être tentée par votre vétérinaire. Cette désensibilisation est assez longue, mais elle permet d'obtenir de bons résultats dans la moitié des cas.   Conclusion   Les allergies se manifestent de diverses manières, sont variées et peuvent concerner aussi bien la peau, le système digestif et l'arbre respiratoire. En cas de symptômes, n'hésitez pas à consulter votre vétérinaire : lui seul peut poser le diagnostic de certitude et apporter la prise en charge appropriée pour votre compagnon.
Le chien et l'hiver
06/12/2018

Le chien et l'hiver

LE CHIEN ET L'HIVER  L’organisme du chien est bien plus résistant au froid que celui des humains. Cependant, il faut savoir qu’un chien peut prendre un «coup de froid» et tomber assez sérieusement malade. Il peut même mourir de froid s’il ne peut pas se mettre à l’abri en cas de très grosse chute de température.     Une résistance au froid variable Les chiens sont pour la plupart d’entre eux des animaux assez rustiques. En revanche, certaines races résistent mal au froid. Et, si votre chien est habi- tué à vivre à l’intérieur toute l’année, il sera beaucoup plus sensible au froid en hiver et vous devrez prendre plus de précautions le jour où vous l’emmènerez à la neige. Il faudra peut-être dans ce cas prévoir un manteau de protection, un traitement des coussinets plantaires et limiter la durée des sorties.     Si votre chien vit toute l’année dehors, il peut y rester l’hiver mais il devra tout de même avoir un abri isolé du sol par des pieds et placé à l’abri des intempéries (en particulier des vents dominants). N’hésitez pas à garnir l’intérieur avec des couvertures ou de la paille afin de l’aider à lutter contre la déperdition de chaleur.   La résistance au froid dépend : De la race de votre chien : Les races à poils longs et denses ou certaines races originaires de pays froids comme le Chow- Chow, le Husky, le Léonberg ou le Terre-Neuve supportent généralement bien le froid. Certaines races à poils très ras et de morphologie très fine résistent plus difficilement au froid (Lévriers, Yorkshire...). De l'âge du chien : Les chiots et les chiens très âgés sont moins aptes à lutter contre le froid que les chiens adultes. Du mode de vie du chien : Un chien qui vit dans une maison avec un jardin et qui sort souvent ou passe plusieurs heures par jour dehors, supportera mieux le froid qu’un chien qui vit en appartement. Les chiens vivant en ville dans des appartements très chauffés ou les chiens récemment toilet- tés seront plus sensibles aux basses températures. De l'état d'embonpoint du chien : Un chien maigre ayant donc peu de réserves est plus sensible au froid qu’un chien de poids normal. Par contre, il faut savoir que les chiens obèses ne sont pas plus résistants au froid que les chiens de poids normal. Ils sont même souvent très frileux. De l'épaisseur de la fourrure : Les races nordiques ont un sous-poil plus dense que les races de climat tempéré. Les races à poil long ont une meilleure protection que les races à poil ras. Nous vous conseillons de ne pas faire tondre votre chien juste avant l’hiver et de demander au toiletteur de ne pas trop enlever le sous-poil. Du typE DE froiD Il faut savoir que le froid sec est plus facile à supporter que le froid humide. Par ailleurs, si un vent froid souffle, la déperdition de chaleur est plus importante et vous devez écourter la promenade avec votre chien. L’alimentation du chien en hiver Pour des chiens des villes, vivant la plupart du temps à l’intérieur avec nous, il n’est pas re- commandé d’augmenter la ration alimentaire pendant les mois d’hiver. Ils ne feraient que prendre de l’embonpoint ! En revanche, le chien qui passe quasiment tout son temps dehors, le chien d’utilité et le chien faisant beaucoup d’exercice nécessitent une alimentation adaptée. Il faut lui apporter plus d’énergie à «brûler» pendant la période hivernale, car son organisme doit lutter contre le froid. Vous devez augmenter sa ration de 10 à 20 % en fonction des conditions climatiques. Pour les chiens très actifs, il serait même recommandé de passer à un aliment «performance» si ce n’est pas déjà ce qu’il mange.     Un chien qui vit à l’extérieur «toute l’année» Si vous souhaitez laisser votre chien dehors tout l’hiver, il est indispensable qu’il ait déjà l’habitude de vivre à l’extérieur. On ne met pas un chien à vivre dehors parce qu’il se met à sentir plus fort à cause de la pluie ou du froid pendant la période hivernale. un chien peut très bien vivre toute l’année dehors, mais cela doit vraiment être «toute l’année» de façon à ce qu’il bénéficie des transitions de l’automne et du printemps qui lui permettent de s’adapter et de changer de poil. En effet, les chiens vivant à l’extérieur en permanence ont un poil plus fourni en hiver et une meilleure résistance au froid que ceux qui vivent à l’intérieur.     Conclusion Un chien est globalement assez résistant et il préfère souvent un temps froid à trop de chaleur. Si votre chien passe beaucoup de temps dehors, il est important d’augmenter sa ration alimentaire. Et, quoi qu’il en soit, il faut être vigilant, lui assurer un minimum d’abri et ne pas surestimer sa résistance au froid.
12345678910...